Soutien de la CNA au confrère Me YEN EYOUM (Cameroun)

Communiqué du 13 octobre 2014


COMMUNIQUE

 

La Confédération Nationale des Avocats, le Syndicat le plus ancien des Avocats de France, a vu son attention attirée sur la peine de 25 années d'emprisonnement prononcée à l'encontre de Maître Lydienne YEN EYOUM, Avocat au Barreau de DOUALA par le Tribunal Criminel spécial de YAOUNDE après une détention provisoire de cinq années.

Cette condamnation fait suite à la saisie pratiquée par Me YEN EYOUM, en 2004 auprès de la Banque des Etats de l'Afrique Centrale, pour le compte du Ministère des Finances en vertu d'un jugement l'y autorisant et sur mandat du Ministère des Finances auquel la moitié des sommes saisies a été reversée en attente de la balance finale des comptes à effectuer pour déterminer la part revenant aux auxiliaires de justice.

Les conditions de détention de Me YEN EYOUM incompatibles avec la dignité humaine ont fait l'objet d'une dénonciation par le Syndicat des Avocats de France, de même que la condamnation de Me YEN EYOUM.

 

La CNA demande en conséquence aux autorités camerounaises :

 

Que la Cour Suprême Camerounaise reconnaisse que Me YEN EYOUM n'a agi qu'à la demande de son client, dans le respect et les limites des décisions de justice camerounaises et de sa mission d'avocat.

  • Que soit ordonnée la libération immédiate de Me YEN EYOUM dans l'attente de la décision qui sera prise par la Cour Suprême du Cameroun en rappelant que la détention provisoire déjà effectuée excédait largement les délais prévus par la Loi camerounaise et la Charte Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples de 1981.

 

Paris, le 13 octobre 2014

Jean-Miche PAULUS
Vice-Président
Chargé des Droits de l'Homme